L'aède et le pouvoir

-

Du temps de Socrate,
Platon proscrivait, dit-on,
de sa république
les poètes qu'il jugeait
comme des semeurs de troubles.

Il est vrai qu'en Grec
le vocable Poèsis
introduit un « faire »
dont nul ne peut affirmer
s'il sape l'autorité,

ou mieux la sublime.
Cette autorité vient-elle,
au peuple ignorant,
des Dieux...des Titans... des forts
capables de fondre en bronze

l'arme du pouvoir :
la majorité du nombre
au peuple assemblé,
et rallie son adhésion
à sa libre servitude ?

Tandis que l'aède
auréolé de son chant
incite les « gueux »
à faire valoir leurs droits
aux chemins des libertés.

26.10.19