Ambiguïté des couleurs
-

Quand les canonnières
remontaient sur un seul front
le fleuve Mékong
leur blanc sillage incarnait
le diable en sa beauté folle.

Qui ouvrait le jeu,
sur l'échiquier de la vie,
du blanc ou du noir ?
Qui absorbe la lumière
la rejette, ouvre le feu ?

Absence ou présence ?
La mort conduit le débat
en définitive !
Du blanc pur au noir profond,
l'azur, le vert font-ils sens,

quand l'agent orange,
défoliant des vieilles guerres,
reste indélébile
dans les gènes des humains,
sur notre planète « bleue ».

11.01.19