Les carnets du gyrovague

17 décembre 2017

Troubles mitoyens

Troubles mitoyens
-

Jeter un regard
furtif,comme il nous arrive,
parfois,sans penser,
sur les pas de l'étranger,
ou le jardin du voisin...

et voir apparaître
une représentation
inimaginable...
Le clair obscur de furtif
penserait-il à ma place ?

Ou est-ce la peur
de l'imprévu différent
qui trouble mes sens,
au point de les mettre en veille
pour tenter de l'apaiser ?

Si les ronds dans l'eau
quand je jette cette pierre
à la mare proche
taisent le chant des grenouille
l'imagination s'étreint.

Et la paix revient...
A mesure que les cercles,
sans laisser de trace,
viennent s'échouer sur le rive,
le regard reprend son droit.

17.12.17

Posté par Gyrovague à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 décembre 2017

Fin de partie

Fin de partie
-

 

a propos d'un landier confus

 

Arrêtons de jouer
avec la vie des sans- grade
ils ne comptent pas,
sinon pour combler les rangs
de la piétaille qu'on jette

à la boucherie...
Et qu'on ne me dise pas
que c'est de leur faute
d'être au mauvais moment,
au mauvais endroit. Et pire

Sans recours possible
pour se payer l'avocat
ou le passe-droit...
Il est grand temps de siffler
la fin de la rigolade.

Mais comment ferais-je :
on m'a coupé le sifflet.
Les dires d'experts
sont-ils suffisants pour vaincre
la volonté des nantis

A moins que peut-être
« la prière à Notre-Dame »,
comme fit Péguy,
permette de reléguer
l'argent puant aux enfers.

16.12.17

Posté par Gyrovague à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

L'insaisissable vie du motif

L'insaisissable vie du motif
-


Le choix que tu fais,
quand tu peins sur le motif,
des angles de vue
est l'a priori fécond
qui dépend du chevalet

que tu plantes là,
où tu guettes la lumière
pour mieux la saisir.
Mais le paysage en toi
est-il fidèle au regard

que tu vas poser
sur l'objet de ton désir ?
L'imagination
ne va-t-elle pas biaiser
les couleurs qui s'émancipent,

et te semblent fuir,
de la palette à la toile,
le retour de l'œil
s'il s'évade de son champ,
égaré par un reflet.

Dans l'hésitation
de ton pinceau et du geste
se glisse l'écho
que déjà tu pressentais
dans l'a priori de ton choix.

Mais l'art n'est-il pas
la capture de l'écho,
le moment venu,
pour fixer l'insaisissable
de la vie de ton motif

15.12.17

Posté par Gyrovague à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2017

Suivre l'alouette

Suivre l'alouette
-

Croire à la beauté
est une œuvre, en soi, fragile
quand on prend de l'âge.
Tant et tant de souvenirs
gâchent la fraîcheur de vue,

embuent la vision,
jusqu'à la rendre confuse,
et brouiller le sens
d'une foule de raisons,
laissées pour compte au sommeil.


Comment faire, alors,
pour retrouver les jalons,
si le rêve gagne
et se substitue sans gloire
au contre-champ Réalité ?

Se laisser conduire
par sa seule volonté ?
Appeler à soi
l'entendement résigné ?
En poursuivre la déprise ?

Ou suivre l'alouette
quand elle s'élève au ciel
d'un battement d'aile,
et disparaît dans le chant
ébloui de la lumière ?

14.12.17

Posté par Gyrovague à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2017

Approche de l'intuition

Approche de l'intuition
-

 

Comment pénétrer
une pensée inventive
pour la prolonger;
au risque de contredire
son rythme et ses attendus ?

Est-ce ainsi que s'ouvre
la lucarne du chercheur,
avant son départ,
sur des perspectives qui
donnent sens à son projet ?

Ne doit-il quitter
sa piètre soupente ,
pour ouvrir le champ
de sa propre réflexion,
dans laquelle il tourne en rond ?

Écouter et voir,
n'est-ce pas, là, pénétrer
la pensée d'autrui
et s'engager à sa suite
dans le champ de l'intuition.

La contemplation
d'un objet, à son insu,
entre en sympathie
avec l'état de conscience
qui le lui fait pénétrer.

L'imagination
se heurte à l'inexprimable.
Et c'est dans ce choc
que la déduction impose
le regard de la raison.

Affuter ses sens
pour que rien ne lui échappe
des hésitations,
des égarements, ou pire,
qui ont précédé sa marche.

Savoir, qu'au départ,
c'est le premier pas qui coûte,
mais règle le rythme
qu'il faut ensuite tenir
pour accomplir le grand' œuvre.

13.12.17 

Posté par Gyrovague à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 décembre 2017

Récapitulation

Récapitulation
-

 

 

Nous avons vécu
ensemble tant de beauté,
dans un même esprit
de fraternité humaine,
que nous pouvons témoigner.

Même si nos œuvres,
dans leur vision prophétique,
n'ont rien d'achevé,
leur conduite nous enseigne
le prix de l'humilité.

Et nous pouvons dire,
sans rien renier de nous-mêmes,
à ceux qui nous suivent,
ce qu'enseigne l'horizon
de sens de la vie humaine,

et de différences,
dans la liberté de l'être,
mû par le désir,
en chemin vers l'utopie,
au delà de l'horizon.

Mais respectueux
de l'égalité humaine
qui fait de chacun
l'étranger et le semblable
sous le regard de l'esprit,

un pas devant l'autre,
nous avons osé le risque
du déséquilibre
sans cesse renouvelé
et pensé le devenir,

dans les courants d'air
des libertés où tailler
notre court chemin,
chaque jour que Dieu nous offre
pour l'achèvement de l'œuvre.

Quant à la durée,
si variable pour chacun,
et l'état des troupes,
tels, il faut y communier
en apprenant la déprise.

12.12.17

 

 

Posté par Gyrovague à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2017

Confiance!...Dites vous...

Confiance !...dites vous ..
-

Le vent s'est levé
devant ma curiosité.
Qu'a-t-il à me dire,
et venu d'où m'apporter
la pluie des refondations ?

Est-ce une tempête
qui nous balaie l'horizon
et fouette les arbres,
pour les dépouiller des restes
de leurs parures passées ?

Sont-ce les drapeaux
de nos morts commémorés
qui claquent leur berne
sur la foule nostalgique
de ses vieilles communions ?

Ou faut-il entendre
dans les ronflements du ciel,
qui rompent l'apnée,
la promesse du réveil
de nos chères libertés ?

Les nuages se ruent
dans le gouffre de l'Histoire.
Craquent sous mes pieds
les brindilles arrachées
aux haies de nos quant -à- soi.

Nous faut-il répondre
aux nantis de la parole
quand ils nous affirment
qu'ils sont seuls garants crédibles
de la volonté du peuple...


Donneurs de leçons,
ou détrousseurs de cadavres,
peut-être tricheurs,
idolâtres sans pitié
de la Raison du plus fort...

Et vous croyez vous
seuls prêtres de Vérité,
pauvres histrions,
quand le peuple vous dénie

le droit de parler pour lui ?

11.12.17

Posté par Gyrovague à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2017

Autres jeux de mots

Autres jeux de mots
-

Quand je tire un trait
sur ma feuille de papier,
ou que je le trace,
le sens est-il bien le même ?
Et la signification


10.12.17.

Posté par Gyrovague à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

En mémoire du Pat du Roi Noir

En mémoire du pat du Roi Noir


Quelle est cette rue
qui s'enfonce dans la nuit
jusqu'à cette grille,
fermée sur quel prisonnier
enfermé dans son silence ?

Et quelle est cette ombre ?
Que porte-t-elle dans son sac ?
Est-ce le viatique
qui doit libérer le Roi
de ses angoisses profondes ?


Ou plus simplement
quelques vêtements civils
pour faciliter
la levée d'écrous, au cas
où le jeu ne serait qu'un leurre.

09.12.17

Posté par Gyrovague à 22:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2017

La diagonale de la Reine

La diagonale de la Reine
-

Les pavés humides
de l'échiquier dans la nuit,
accueillant les pas
de la Reine dans sa quête,
renvoient leurs échos aux ombres.

Peut-elle sauver
son roi perdu dans ses peurs
et tenter de vivre ?
Ou confier ses souvenirs
à la plume d'un enfant,

fut-il son fils même ?
Qu'il oblige le coupable
à se dénoncer?
Et fasse éclater au ciel
la vérité du complot ?

Étrange héros
d'une chevauchée sans fin,
dont il eût fallu
qu'il prononçât le mot pour
en délivrer les fantômes.

Ruisseau de lumière,
cerné de murs noircis,
la rue se dérobe.
La Reine a-t-elle un destin
lorsque la grille se referme ?

08.12.17

Posté par Gyrovague à 23:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]