Les carnets du gyrovague

26 mai 2018

Dérivatifs
-

 

 

J'avais oublié
de saler ma soupe hier,
qui s'en est soucié ?
L'assaisonnement a t-il
si peu d'importance en soi

qu'au fond de l'assiette
un peu plus ou un peu moins
de C.L.N.A.
ne rend pas la vie impossible
à mes valeureux convives.

 

Quand l'esprit de sel
en toute conversation
fixe les pensées
les saveurs sont impuissantes
à détourner l'opinion.

brouets et panades
ne semblent pas affectés
même s'ils sont fades
devant l'insipidité
des mariages d'Outre Manche.

25.05.18

Posté par Gyrovague à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Dérivatifs

Dérivatifs
-

 

 

J'avais oublié
de saler ma soupe hier,
qui s'en est soucié ?
L'assaisonnement a t-il
si peu d'importance en soi

qu'au fond de l'assiette
un peu plus ou un peu moins
de C.L.N.A.
ne rend pas la vie impossible
à mes valeureux convives.

 

Quand l'esprit de sel
en toute conversation
fixe les pensées
les saveurs sont impuissantes
à détourner l'opinion.

brouets et panades
ne semblent pas affectés
même s'ils sont fades
devant l'insipidité
des mariages d'Outre Manche.

25.05.18

Posté par Gyrovague à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2018

Philip Roth

Philip Roth

 

Le vieil écrivain,

à force d'avoir écrit,

est mort cette nuit.

L' Amérique désormais

se racontera sans lui.

24.05.18

Posté par Gyrovague à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2018

poésie de bois

Poésie de bois
-


Pourquoi veux-tu croire
aux vertus de la parole
quand tant de mots volent,
au dessus de la mêlée,
sans grande signification.

La langue de bois
n'engage pas l'usager,
mais elle permet
de meubler un temps précieux
dans l'échange des fadaises.

Voilà pour la prose !
Mais la poésie peut-elle
être aussi de bois
quand les images surgissent
en festons de platitudes,


que l'esprit s'égare
dans la marche pas à pas,
et que la pensée
se raccroche à de vieux rêves
pour éviter le trou noir ?

23.05.18

Posté par Gyrovague à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2018

Bonne nonantaine !

 

Donne moi la main !
Le temps est venu pour nous
de prendre le temps
de vivre l'instant présent,
sans reporter à demain.

A ton tour tu entres
dans le champ des turbulences
où je te précède
et nous ne sommes pas maîtres
du ciel, ni des vents contraires.


Quant aux défaillances
des puissances de nos âmes,
faisons comme si
nous n'avions à regretter
ni passé, ni avenir,


et vivons l'instant
sous ce regard d'espérance
qui transmue en joie
l'amour qui nous a conduits
jusqu'au seuil que tu franchis !

22.05.18

Posté par Gyrovague à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mai 2018

Les fleurs donnent à voir

Les fleurs donnent à voir
-


Le coquelicot,
dans le désert des pierrailles
nous donnait à voir
l'obstination de la vie,
sa fleur, si frêle, était rouge.

Aujourd'hui, toujours,
la fleur de l'amaryllis,
plus grasse, est bien rouge.
Mais, en elle, le chemin
confirme ses perspectives.


Même si, en nous,
dans les tourmentes de l'âge,
les forces flageolent
pour affronter sans faiblir
l'obstination face au temps.

A ton tour, viens
franchir avec moi la porte
de la Nonantaine.
Les fleurs passeront sans doute,
mais pour nous vivons l'instant.

21.05.18

Posté par Gyrovague à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

contre-champ

 

 

 

Contre-champ
-


Mais qu'est donc l'instant
quand on dit qu'il est le champ

de la vérité ?
Que, hors champ, la vérité
n'est que l'ombre d'elle même.


Le déséquilibre,
du premier au second pas,
est-il cet instant
qui remet le sens en cause
et avec lui la pensée ?

Cet instant vécu
que chaque humain porte en lui
n'est-il pas le point
sublime de l'équilibre
qui donne, au temps, son volume,

Lui ouvre l' espace,
à mesure que la marche
l'entraine à sa suite,
aux limites de l'amour,
où fusionne l'être en soi.

20.05.18

Posté par Gyrovague à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2018

L'instant de vérité

L'instant de vérité
-


Vivre dans l'instant!
Non celui de l'avant-veille
ou du lendemain,
mais le présent absolu
qu'on efface si souvent,

par inattention
ou désir de vivre vite,
dans les courants d'air,
et le déroulé du temps
pour suivre marche et pensée,

quand, aller plus loin,
vers la lumière du sens,
devient nécessaire
à élucider l'instant
que le présent cache en lui.

19 05.18

Posté par Gyrovague à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2018

obéissance serve

Obéissance serve
-

Pourquoi faudrait-il
que les mots nous obéissent
au doigt et à l'œil,
et qu'à force d'habitudes
leurs pensées nous asservissent,

 

lorsque le génie
de notre langue s'empare
de leur énergie
pour interpeler le ciel
et sacrifier les héros ?

Penser pas à pas,
sans regret ni lassitude.
C'est ainsi que l'être
peut marquer sa différence
et s'émanciper des charmes,

aux sources des mots,
à mesure qu'ils s'effrangent,
révélant leurs doutes.
Les chemins de vérité
exigent la clairvoyance.

18.05.18

Posté par Gyrovague à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Empêchement

Empêchement
-


J'ai cru discerner,
dans le regard de mon fils,
une ombre de doute.
Cette incertitude est-elle
le reflet de mes tourments

ou plutôt des siens
à l'intime de sa vie.
Et ma compassion
Peut-elle vaincre l'angoisse
commune à nos univers.

Le vieillissement,
à chaque génération,
pose la question,
que Galaad ne saura
poser au roi méhaigné.
17.05.18 

Posté par Gyrovague à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]