Les carnets du gyrovague

15 juin 2019

Des oiseaux des sous-bois

Des oiseaux des sous-bois
-


Qui peut nous entendre ?
Demander à Jupiter ?
Mais d'autres soucis
détournent son attention.
Il nous faudra donc attendre,

Et sans impatience.
La démocratie du chiffre
sacre ses troupiers
d'une impénétrable armure
à l'abri de toute flèche.

Nous mettre en colère ?
Revêtir un gilet jaune ?
Libérer la foule
de ses servitudes pour
opposer le nombre au chiffre ?

Mais le vivre-ensemble
n'y trouvera pas son compte,
hors débats piégés,
car les pulsions déchaînées
ne font pas une opinion.


Sa libre parole
fonde la démocratie
mais qui la comprend
hors nous pauvres volatiles
réfugiés dans les sous-bois?

15.06.19

Posté par Gyrovague à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2019

Des oiseaux de Notre Dame

Des oiseaux de Notre Dame
-

« Où nicherons nous ? »
s'inquiètent pigeons, corbeaux
et autres squatters,
Chassés de leur cathédrale,
« comment pourrons nous survivre,


aux intempéries,
sans toit, ni flèche, ni coq,
exposés aux chats
du quartier, aux rats du fleuve,
aux charités publicaines ?

Nous faut-il migrer
vers les collines boisées,
mais elles sont loin
et déjà peuplées de pies,
seront-elles accueillantes ?

Occupants sans titre,
que croire de ces promesses :
"nous reconstruirons"
Combien de générations
d'oiseaux passeront avant

le retour d'exil ?
Retrouver, à l'identique,
gargouilles et cloches,
Te deum aux grandes orgues,
et nef aux foules priantes ?

 

Purificateur,
le feu a chassé les touristes...
Qui d'eux ou de nous
vont revenir les premiers,
pour qu'elles priorités ? »

14.06.19

Posté par Gyrovague à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2019

La technologie du nuage

La technologie du nuage
-



La 5 G va-t-elle
révolutionner la vie
ou sublimer mieux
l'instinct de coercition
des chafouins de bas étages,

jusqu'à rendre l'être
à lui-même transparent
pour mieux le tromper
dans sa traque d'existence
au moindre coût de l'effort ?


Et comment savoir,
au delà de l'espérance,
ce que la croyance
n'a pu jusque là confirmer :
Qui aurait créé l'humain ?

Pourquoi espérer
que le gai-savoir supplante
par la raison pure
la croyante incertitude
du sens créateur du doute ?

13.06.19

 

Posté par Gyrovague à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le bonheur de l'ignorant

Le bonheur de l'ignorant



Ni le jour, ni l'heure !
L'ignorance est salutaire
puisqu'elle permet
de poursuivre le chemin
sans penser au lendemain.

12.06.19

Posté par Gyrovague à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2019

Danger des mégadonnées

Danger des mégadonnées
-

Si tu te crois libre
de choisir ta servitude
tu te trompes grave !
Ta route est toute tracée
en certitudes cloniques

Le transhumanisme
n'offre aucune alternative
à l'homme augmenté.
Privée d'horizon pour lui
l'humanisation s'achève

Et sa liberté
dans les champs d'indifférence
n'est plus un enjeu.
Le désir, sel de la vie
devient objet de musée.

La causalité
source de la théorie
parait obsolète.
Le discours de la méthode
cède à la corrélation

la place première.
Quant au progrès scientifique
il négligera
toutes les métaphysiques
pour n'être plus qu'algorithmes

Démonétisées,
Les valeurs n'auront plus cours
au vieux Cac 40.
Restera la poésie 
dans les saloirs de la Vie.

10.06.19

Posté par Gyrovague à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juin 2019

Ceux-ci,ceux-là

Ceux-ci, ceux-là
-
Aux siècles derniers,
le travail fut divisé,
par nécessité
d'efficacité technique
et de réduction des coûts.

Qui en décida ?
Non pas ceux qui travaillaient
mais ceux qui pensaient.
La division asservit
ceux-là et servit ceux-ci.

Aujourd'hui encore
on divise le savoir,
fort subtilement.
Et ceux-ci qui en profitent
sont-ils ceux qui le méritent ?

09.06.19

Posté par Gyrovague à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Avertissement

Avertissement
-

Non ! Tu ne dois pas
parler le Globisch chez nous .
Le Français suffit !
Economico-sceptique
je suis et veux le rester !

08.06.19

Posté par Gyrovague à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2019

Rompre l'enfermement

Rompre l'enfermement
-

Etranger en moi
je vivais ma solitude
comme un châtiment
et je ne parvenais pas
à réduire mon silence.

Silence et souffrance,
comme un voile déployé,
-un regret sans doute-
devant la réalité
refusait sa nudité.

Un gémissement peut-être
eût été à mes oreilles
un aveu complice
d'une âme enfin consentante
à épouser son silence

Et cette beauté,
dévoilée à mon regard,
aurait su enfin
combler mes hésitations
à rompre ma solitude.

Mais je suis resté
étranger au plus profond.
Je le suis toujours.
La beauté, de loin, allège
le châtiment à souffrir.

07.06.19

Posté par Gyrovague à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2019

Commémorations

Commémorations
-

Ils ont de beaux restes
ces vieillards, libérateurs
de notre jeunesse !
Mais savent-ils, au seuil
de la nuit obscure en nous,

quels fantômes d'eux
hantent encore notre âme
et lui interdisent
tout pardon dont ils ignorent
qu'il leur faudrait requérir.

Temps de résilience
dont on ne sait plus à qui
revient cette faute
que l'herbe d'oubli efface
dans les prairies printanières.

06.06.19

Posté par Gyrovague à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sur la voie du devenir

Sur la voie du devenir
-

 

« On n'est soit que dans son cœur ;
on n'aime que ce qui fait de lui un asile.
On n'est heureux que par la façon que l'on a
d'être l'hôte de soi-même. »

JOË BOUSQUET
Lettre à Simone Weil du 27. 04.42

 

De l'inévolué
à l'inabouti, la voie
est démesurée,
depuis des générations
prisonnières de leurs rêves...

Et pourtant les rêves
les projettent à venir
vers l'irrationnel
sur des chemins d'aventure
au loin de leurs certitudes

dans ce tremblement
où l'âme, en elle saisie,
franchit ses limites
au cœur de la nuit obscure
s'unit à l'Esprit en soi.


06.06.19

Posté par Gyrovague à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]