Les carnets du gyrovague

11 novembre 2019

Florilège incertain. 1

Florilège incertain
-

La tulipe d'or
ouvre à la rosée sa coupe,
au matin d'Avril.
Le tapis des marguerites
déploie son jeu de pelouse.

Une rose, rose,
au rebord de la fenêtre,
attend les oiseaux
qui viennent picorer les miettes
des fidèles compassions.

Depuis cinquante ans,
le lierre et le chèvre-feuille
luttent dans la haie
- oh querelles intestines !-
sans qu'on sache qui vaincra...

11.11.19

Posté par Gyrovague à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 novembre 2019

Reli(re la Genèse

Relire la Genèse
-

La similitude
est le regard fondateur
de l'humanité.
Mais dans le chaos primaire,
au regard du créateur,


quelle créature
est capable d'accepter
la similitude,
cette image et ressemblance
de l'extrême différence,

et, dans ce regard,
une réciprocité
ne naît-elle pas,
œuvre en soi de création,
annonçant la communion ?

Au seuil de la vie,
qu'est donc la similitude,
et comment peut-elle
se révéler elle même
comme autre nom de l'Amour ?
10.11.19

 

Posté par Gyrovague à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2019

Bitcoin

Bitcoin
-

Nouveau demiurge,
la « Tête d’œuf à la frange »
prétend imposer
sa monnaie de singe en boite
aux banques mondialisées,

pour faciliter, dit-il,
la fluidité
des flux financiers...
Paradoxe du Gros Frère
qui se prend pour dieu lui-même

quand la bulle éclate
au nez des puissants du monde
les mains au cambouis,
tandis que le temps s'écoule
dans les mangroves d'estuaire.

 

Caïmans, requins
peuplent nos eaux saumâtres,
de mauvais aloi.
Le Gros Frère est bien pressé !...
Le temps n'est-il pas monnaie ?

09.11.19

Posté par Gyrovague à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2019

Les nutriments du Purgatoire

Les nutriments du Purgatoire
-

Du pain et des jeux
sont-ils suffisants pour vivre
la vie qui nous reste
à vivre au grand âge, après
tant de chevauchées vécues

dans les courants d'air,
aux quatre vents de la vie,
aussi de l'esprit,
au gré des paix et des guerres,
pour le meilleur et le pire.

Les forces nous lâchent,
les mémoires s'effilochent,
les mémoires s'embuent,
les corps nous sont empêchés
de vaquer aux habitudes.

Mais l'humilité
n'est pas encore habituée
pour nous détacher
de la volonté de faire
et d'être en nécessité.

Soucieux de nos peines
nos enfants font de leur mieux...
mais comment leur dire
ct amour qui nous unit
dans cette déréliction.

08.11.19

Posté par Gyrovague à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2019

Complicité des mots

Complicité des mots
-


Lorsque les mots tremblent,
sont-ce la peur, l'impatience,
l'envie, la colère,
le désir imaginaire
qui les font sortir du bois,


ou qui les enferme,
au risque de les entendre
saisis de rancœur,
travestir le sens commun
en supplications vaines,

Inviter les mains
à graver l'absence
sur le tronc des arbres,
comme si l'amour de loin
suffisait à rendre heureux.

Parler notre langue
n'est pas toujours chose aisée,
car les mots piliers
qui en supportent l'audace,
ont souvent un sens caché.

Si parfois ils tremblent,
l'émotion qui les saisit
n'est pas une feinte,
ni une passion perfide,
mais simple sursaut du risque.

07.11.19

Posté par Gyrovague à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 novembre 2019

14-18,défi industriel

14-18, défi industriel

-

Comment soutenir
cette pulsion collective
de haine, de peur,
de gloire mêlées, pour que
ces hommes qu'on prétend libres,

durant quatre années,
acceptent de se lancer
à l'assaut des flammes.
Était-ce pour fuir la boue,
la puanteur,les rats, les poux,

et les adjudants
toujours prêts à tirer
sur les défaillants.
Comment soutenir la troupe
et l'industrie de la mort ?

Cinquante ans plus tard
les deux Présidents qui joignent
leurs mains repentantes,
effacent-ils de ce geste
tant de souffrances perdues.
06.11.19

Posté par Gyrovague à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Duplicité (suite)

Duplicité (suite)
-

La féminité
de la chevalière Eon
était ambigüe
pouvait-elle en assumer le risque
sans être reconnue telle ?...

La dualité
du bien et du mal a-t-elle
un rapport au genre ?

Ou faut-il s'en prémunir
dans les champs-clos des pouvoirs ?

Et la chasteté
est-elle la condition
de la sainteté ?
La « vie bonne » exige-t-elle
un programme raisonnable ?

Et cette raison,
affrontée à l'émotion
peut-elle répondre
seule aux chocs des univers,
gérer ses insuffisances,

au lointain Liban,
dans la confusion des langues,
le déchaînement
des générations montantes,
l'incontrôle des croyances ?

Et face à l'Histoire,
aux désirs inassouvis
de paix, de concorde,
comment séculariser
la société libanaise ?

05.11.19

Posté par Gyrovague à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2019

1899

1899
-
Quand le jeune couple
partit pour la capitale
laissant au Pays
ses parents et ses racines,
savait-il qu'il allait rompre

les liens ancestraux
d'une lignée campagnarde,
entre un univers
où la place de chacun,
nécessaire et suffisante

fixait les destins,
et cet univers rêvé
dans l'incertitude,
ouvrant un champ d'espérance
à l'audace et au hasard,

en ses profondeurs,
élargissant l'horizon
de l'inaccessible
sur champ de joies et de peines
d'une liberté féconde ?

Un coin de mansarde
d'un vieux taudis délabré
fut leur nid d'espoir.
Elle, faisant des ménages
chez les bourgeois du quartier.

Charron de métier
lui, échangea ses outils,
pour la crasse grasse,
laveur de locomotives
au Dépôt des Batignoles.

04.11.19

Posté par Gyrovague à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2019

Double univers

Double univers
-

Dois-je l'avouer ?
Je découvre à nonante ans
l'extrême complexité
de notre double univers,
celui-là, où nous vivons...


et l'autre, en nous même,
où nous entrons pas à pas,
devenant humain,
chaque jour, au fil du temps,
où la vie nous est offerte.

 

Car c'est à la vie
que nous nous devons d'entrer
- sauf à refuser-
pour le meilleur et le pire
dans le temple de l'esprit,

où chacun de nous,
semblable mais différent,
en sa liberté
d'être conscient de lui-même
et de sa présence aux autres,

peut développer
ses capacités de faire
et d'être infinies.
L'âme y forge ses puissances
pour entrer en communion

au double univers
où parachever ainsi,
dans son art d'orfèvre,
l’œuvre de la création,
inachevée en soi-même.
02.11.19

Posté par Gyrovague à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2019

Le grand échiquier

Le grand échiquier
(La. 2 : 31.10.19)
-

Étrange trio :
Ce Perceval vieillissant,
Jean Sébastien Bach,
et le pianiste chinois
au « Clavier bien tempéré ».

Perceval poursuit

les mots précieux de sa quête,
tel qu'en ce jour
où ébloui par la lumière
en reflet sur les cuirasses,

se fit chevalier
et s'éloigna de sa mère,
noble « veuve dame »,
à l'orée de la forêt
ou fleurissait le Printemps.

Instants de magie
où le regard de Lang -lang
poursuit une image
qui naît sous ses doigts agiles
des musiques du Cantor.

 

Et que Perceval
subjugué par son regard
recueille et confronte
à ces mots qui qui se bousculent.
en ce creuset de rencontre.

 

01.011.19

Posté par Gyrovague à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]