Les carnets du gyrovague

21 février 2019

Fausse -route

Fausse-route
-



L'hiver nous revient
à la fin de Février,
subrepticement,
faut-il en faire un poème
ou se contenter d'en rire ?


Le premier Ministre
reproche à nos sénateurs,
entre deux débats,
de faire œuvre politique.
Mais à quoi serviraient-ils
s'ils n'en faisaient pas, que diable !


Que voilà un homme
généreux dans ses errances
Il fournit des armes
à ceux qu'il voulait pourfendre .
Paradoxe, ambiguïté ?

Joueurs de billard,
avertis des carambolages,
ne vous trompez pas !
Comme Dieu les politiques
ignorent la ligne droite
21.02.19

Posté par Gyrovague à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Question à verser au débat

Question à verser au débat


Question difficile :
Faut-il quitter les ronds-points
et rentrer chez soi,
attendre que le bon droit
triomphe dans les chaumières ?

Qui écrit le droit ?
Celui qui tient l'écritoire.
Et qui donc le dicte ?
Celui qui détient la force,
cette encre qui vaut le sang.

Mais le sang du peuple
celui qu'on verse à la guerre
et dans les usines
dont on nous dit qu'il ne sait
raison garder pour survivre,

coule dans nos veines,
et parfois au caniveau
lorsque les nantis
étranglent la liberté
au nom de la nation en marche


Alors prenez garde
que le vent de la liberté
ne souffle plus fort
que les infox des salons
sur le braises fraternelles !


20.02.19

Posté par Gyrovague à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Phobies collectives

Phobies collectives
-


Ce matin : brouillard !
A nouveau la confusion,
comme un vieux symbole,
dans les branches du sous-bois
et les infox, sur les ondes.

Pourquoi paniquer
devant ce regain d'insultes ?
Le vieux philosophe,
dos courbé sous l'invective,
s'est éloigné du débat.


Sont-ce ses idées
qui hier dérangeaient la foule ?
ou les maléfices
qu'on lui prête d'intention,
et comme si sa lignée,

venue de si loin,
le condamnait au silence
pour nous éviter
le mauvais sort jeté par
ses mots et gènes hébreux.

A nous, diables pauvres,
écervelés et décervelés,
réduits au compost,
tout comme toi notre frère
exclu de la Chrétienté !

19.02.19

Posté par Gyrovague à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2019

Sortir de la nuit

Sortir de la nuit

-

 

Les mots se dérobent
ils ne veulent plus guider
la plume hésitante.
Comment revenir sans crainte
aux sources de la pensée,

sortir de la nuit,

tirer les rideaux, ouvrir
les volets. Le ciel
rosit dans les verts-pomme.

L'Apocalypse est si loin !
Pourtant la rumeur,
éparpillée sur les ondes,
confirme les prévisions.

L'espérance est-elle
dans un tel accablement

qu'elle ne parvient
à rompre l'enlisement
qu'en interrogeant le ciel !

18.02 . ?

Posté par Gyrovague à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sérénité

Sérénité

-

Lorsque le cerveau
défaille à force d'usage,
la sérénité
devient la vertu majeure
si la brume s'épaissit


et les médecines
se révèlent impuissantes
à guérir le mal,
que l'on sait irrémédiable
quand il s'introduit en nous. 

La sérénité
peut seule se confronter
au dérèglement
de cet univers fébrile
sur la voie du lâcher-prise.

17.02.19

 

Posté par Gyrovague à 12:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


16 février 2019

Persévérance en beauté

Persévérance en beauté

-

« La tourterelle a décidé
Que c'était chez elle.

Peut-être à cause
De l'étang. »

Guillevic
Du Domaine

 

Brouillard ce matin
et silence dans le branches...
Où trouver la joie ?
Et soudain deux tourterelles
viennent se percher pour moi.

Parade nuptiale ?
A la mi-février c'est
étrange ! Peut-être
le signe prémonitoire
d'un sursis pour les oiseaux.

Braconniers, chimistes
ont toujours leurs mots à dire...
Faut-il en conclure
que l’œil de la tourterelle
purifie l'eau de l'étang.

Mais nul chant d'amour.
Simplement une attention
à se croire en soi
propriétaire des lieux :
persévérance en Beauté.

16.02.19

Posté par Gyrovague à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un pas de plus

Un pas de plus
-

Cet esprit en moi,
dont j'ai conscience parfois,
dans l'aube naissante,
est-ce lui dont je perçois
l'appel que le vent me porte

de l'obscur profond,
là où le soi se recueille
en intelligence
et rassemble ses puissances
pour donner son sens au moi

Et à cet appel,
que puis-je, à part moi,répondre
qui me soit crédible
et permette un pas de plus
vers mon horizon humain.

15.02.19

Posté par Gyrovague à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2019

Beauté de la joie

Beauté de la joie

-

Ouvrir un vieux livre
et y trouver un adage,
un peu par hasard,
qui ébranle les principes
de nos vieilles somnolences...

Entre le plaisir
et la joie, le droit chemin
du bonheur est-il
affirmation de la vie,
en quête de plénitude.

Est-ce une aventure
qui remplit d'incertitude,
mais comble l'esprit
de l'homme du doute, et scelle

en son âme la confiance.

« Que ma joie demeure ! »
disait le fameux Cantor...
ne pensait-il pas
combien était incertaine
l''harmonie transfigurée.

Au ciel de Leipzig

tant et tant de jalousies
se sont desséchées,
dans les jeux de la confiance
et la joie de beauté.

14.02.19

Posté par Gyrovague à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vrille existentielle

Vrille existentielle
-


Un grondement sourd
qui vient vers nous, grandit, monte,
s'éloigne...Peut-être,
dans la nuit,un train...Ou quoi ?...
Comme une vrille d'angoisse


13.02.19

Posté par Gyrovague à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sauvageries

Sauvageries
-

Là où la sensibilité au droit se diffuse,
la démocratie est nécessairement sauvage
et non pas seulement domestiquée

Claude Lefort

cité par la Revue Esprit (janvier-février 2019)

 

 

 

 

Battre le pavé
pour attirer l'attention
de la République ?

Puis s'en faire un projectile
pour apaiser sa colère !

La séquence est folle
pour qui voudrait introduire
un débat fécond,
mais que faire d'autre si
les mots ne parviennent pas

à calmer la rue
face à la morgue nantie
et à son mépris.
La démocratie sauvage
a de beaux jours devant elle.

12.02.19

Posté par Gyrovague à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]